• Le printemps

     

    Accroupi au bord du chemin sous la frondaison, le vallon
    frémissant sous la brise printanière se dévoile dans l'aube naissante.
    Si près du sol, les effluves de l'humus invitent à la contemplation.
    Dans la brume matinale à peine dissipée , les rangs déjà bien dessinés
    de la vigne désignent le hameau encore endormi.

    Les ifs pointés vers l'azur cherchent à diriger le regard vers les cieux pour
    accrocher le nuage moutonneux qui trouble comme un enfant dissipé
    la profondeur de l'éther.
     
    Plus près les passereaux à la trille délicate s'égosillent en chœur,
    même le piètre pépiement des traquets et des crécelles n'altère pas
    l'harmonie musicale qui chatoie l'oreille.
     
    Les sens comblés, enfin apaisé le bas-ventre se relâche, la pêche d'une
    seule pièce se confronte à la gravité terrestre.
     
    Dans l'instant qui suit ce petit paradis éphémère se transforme
    en désert caillouteux et austère.
    Ni la fougère timide, à cette époque à peine bourgeonnante,
    ni le rameau défolié, ni la précoce primevère aux fleurs
    colorées, ni l'herbacée famélique ne sont d'un secours
    immédiat et ne  palient le manque de papier.

  • Commentaires

    1
    Denis La Malice...
    Jeudi 29 Mars 2012 à 15:44
    Didier dans la campagne...
    C'est beau... On dirait du Didier ...
    2
    Denis La Malice...
    Samedi 31 Mars 2012 à 14:52
    Didier ...
    En direct avec Didier des champs ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :