• Par la, mec

     

    Rien d'extraordinaire à rencontrer dans les jardineries un olivier,
    certes mais quand il s'agit d'un sardoph expatrié en Arabie en visite
    dans la région on peut se dire que cet Olivier est une espèce
    qui se fait rare.

    Celui qui fut et qui reste un incontournable membre de la section a gardé 
    un attachement au triathlon et c'est très logiquement qu'il s'est adapté
    à la pratique version saoudienne du noble triple efforts.
    Par 34° il faut bien sûr oublier la "néoprène" pour la natation et adopter ,
    sous la pression des us locaux, la djellaba et le keffieh.
    Sans conséquence puisque les piscines ne contiennent pas d'eau.
    La partie cycliste est évidement une méharée. L'abandon du 
    carbone à dix rondelles s'impose pour un camélidé à quatre papattes
    fougueux et volontaire.

    Quant à la course à pied , où la babouche est de mise,
    il n'est pas rare de perdre des concurrents dans les dunes du grand
    désert. Ce qui ne facilite pas la remise des prix.

    Mais c'est promis il nous donnera bientôt un article sur le triathlon
    aux pays des Emirs, promesse, dont sa charmante épouse , en tant
    que membre du bureau, se porte garante.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :